... MAIS ELLE PERDURE, LA FOLIE

photographie: mat jacob

vendredi 30 septembre 2016

Femme fatale by Les Thugs


Femme Fatale - Les Thugs - Frenetic Dancing

Interdites.

Entre deux.

Errance penche.
Acrostiche délivrance.
Elle, ailleurs
S'évade, à la nuit
Quelque verre encor
Son choix même.

Mes pensées.

Radio,
Live transmission
Découverte après
Cet écho
D'elle même encor
A l'ailleurs

Interdites.





jeudi 29 septembre 2016

The Changeling


1992...



2016...

(thanks to 1992 S. & L. love you, guys...)

Merdre...

mardi 27 septembre 2016

désabusement

Tes sens interstice(s), l'autre prémices, après la fin errements mêmes; s'accumulent chaos et destin, par-delà détails infimes. Nulle part l'empreinte, et partout le signe, fragment de nuit incertain, parcelle d'ensembles parmi les zones; d'ombres lentes encor... Partout l'obsolescence, ce jour, voir est cet artifice ordinaire, fameux ailleurs après la fronde. Quel est ce temps qui n'existe point ? Une abjection, un effroi, une fuite, un désabusement... Savoir la vie indique rien, lire l'ennui à l'hémisphère. Infinie symétrie parmi les trajectoires...

Où iront ces lignes ?

Dans les rêves mouvementés, la vie semble        12 - ~
fade en comparaison - est-ce donc là
leur fonction ? Montrer que ces
petites violences quotidiennes sont
loin de ce qui pourrait être

in 28 télégrammes



8

La propriété ne compte
pas tellement pour toi
à part celle des livres.
Est-ce pourquoi notre
bibliothèque est toute
entière rassemblée sur le sol ?


43

Une incessante façon
d'attendre quelque
chose. Ceci est sur le
point de changer

in 60 textos


-31-
Pourquoi si souvent quelque chose en nous
doit-il attendre que le mal soit fait

in 43 Post-it



lundi 26 septembre 2016

samedi 24 septembre 2016

Malaxe...

Ecoute point crains peu... Volontés limites format diable venin(s) même. Finir merdre en quelque instant. Des poulies des parfums, partout à l'air libre, sur rien tenir pas même cette ombre. Sais peu, même après l'épouvante, la fuite encor... A l'inconnu d'oubli l'errance. Aux paupières de jour, rien ne cède,  pas même cet office d'intranquilité. Tant s'obstine après la pénombre, à cet endroit, un élan inédit, par-delà  l'interstice... Ausculter donc, et puis non. Entrevoir un précipice après la déraison au lendemain de cette confusion, amène.

vendredi 23 septembre 2016

mercredi 21 septembre 2016

Confins

Se perdre interdit, à d'autre espace/temps - en un même élan paradigme - parmi les parallélépipèdes jadis. Partout le rectangle, nulle part l'interstice. Voir l'absence résiduelle, via les avalanches. Intime & publique. Je sais le temps, et ignore l'heure, en cet instant, savoir après la vie. Lointain ton sanctuaire, élastiques nos vies, savoir le terme/douter de la suite, la parole donnée n'engage que peu de molécules malgré la fièvre autolyse, ici et ailleurs. Chambre noire inhérence lente malgré les précipices, à la nuit, confins, menaces inédites. Lors adoncques, suivre la perspective, comme l'absente, en ces élans ivres, présages...

Automnatone

Dans les champs éteints du docte octobre
le rire de l'aurore
étire son rêve d'heure -

un jour de plus pour les éteules
un jour de pluie pour les étoiles
quand les désirs s'assoupissent de violence
aux taux immobiles
des petits voyages & des chaumes en chômage
- quand les nuages nubiles dans les ciels trop légers
quand les souches & les sources dans les mousses
prolongent les Songes de l'Autre Octobre
jusqu'aux ronces rouges.

Hôte de hautes rages
il tonne ses ordres
au monde ébloui des étangs étranges & et des prés anxieux

où les erreurs enfantes
rongent encore - loin des fruits mûrs -
les fleurs zeitlose & les amours pervers(es*).

Dans l'air en faute
stoppe l'automobile
de l'automne immobile

& par les champs étonnés du sobre octobre
s'étoile
l'erreur de l'aurore.

(*cf: amours féminines, au pluriel)

pp. 45/46, Le Grand Troche, Allia


Etait-ce vraiment toi, Julien Torma ?